Le Mot de la Présidente


Discours prononcé lors l’assemblée générale 2019

Bienvenue à la Maison des Provinces à l’occasion de cette assemblée générale 2019.

Cette réunion périodique et presque immuable est tout à la fois une obligation légale, une tradition, une forme de rituel et la formidable opportunité de faire un arrêt sur image pour le temps d’une matinée analyser avec clairvoyance ce que nous avons fait de l’année passée, pour quelles raisons nous avons fait ces choix et les chemins qu’ils ont tracés ou qu’il reste à imaginer pour construire Demain.

Ainsi que fut 2018 qui déjà s’efface au profit de 2019 ?

Pour ce qui me concerne, j’ai souhaité que 2018 soit une année de transition. Transition mise à profit pour recevoir le plus dignement possible le riche héritage transmis par mon prédécesseur Robert Desmarais , en comprendre toutes les subtilités et identifier les pistes encore jamais ou rarement explorées pour en multiplier les facettes et le rendre plus visible encore.

A n’en pas douter l’un des joyaux les plus précieux de cette forme de transmission est son capital humain. Il s’est constitué au fil des 85 ans d’existence de notre fédération en s’appuyant sur l’envie, le don de soi, l’enthousiasme, le savoir respecter et partager et les savoir-faire de cette chaine humaine dont nous faisons partie. Ce don est impalpable, presque inénarrable mais il est bien vivant en chacun d’entre nous nous permettant de réaliser des évènements extrêmement fédérateurs comme « La Fête à Robert » ou bien encore de relever des défis comme celui d’attirer plus de 400 élèves orléanais à notre temps fort de l’année « De la plume à la tablette ». C’est réellement dans ces moments de réalisations communes que l’on prend toute la mesure du plaisir et de l’accomplissement personnel que peut apporter le fait de construire avec les autres, pour rien, si ce n’est parce que la dynamique commune fait qu’on a envie de le faire.

Cette constante de notre association qui est notre réelle force ne doit pas nous faire oublier cependant que toute cette énergie doit être investie dans un projet global commun adapté à notre présent et si possible notre futur très marqués par des évolutions sociétales qui font que seul le mouvement est permanent, ce qui impose de s’adapter pour ne pas perdre l’équilibre. Les traditions de nos provinces auxquelles nous sommes attachés doivent être avant tout un vecteur de découvertes, de curiosité, d’ouverture plutôt qu’un refuge douillet amenant au repli sur soi. Il m’a semblé qu’au cours de cette année l’ensemble du conseil d’administration s’était inscrit dans cette démarche de « vivre au présent » en acceptant par exemple de proposer de nouveaux thèmes d’animations internes, et de débuter une vraie réflexion sur notre identité en concevant un nouveau logo autour du thème de la Maison des Provinces.

J’ai vraiment la conviction que tant que nous saurons garder cet équilibre entre la vocation humaine de notre association, la promotion de nos différents savoir-faire qui naviguent entre Histoire, recherches, techniques, pratiques et apprentissage, et l’ouverture vers des modes de communication et de transmission adaptés au mouvement actuel, nous pourrons encore avancer ensemble … car comme le disait Albert Einstein : « La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre ».

Roseline Ethoré
Présidente de l’UARL

24 février 2019