MAISON DES PROVINCES
lien vers le forum
Contactez-nous
Danses, Musique et Chants










Danses

Bourrée d’Aurillac

Le Massif Central, couvre plusieurs régions ce qui nous permet de présenter un vaste répertoire. Les danses que nous effectuons ont pour origine : Le Limousin (sud de la Haute-Vienne et la Corrèze), la Marche (nord de la Haute-Vienne et la Creuse), l’Auvergne (Puy-de-Dôme et Cantal), le Velay (Haute-Loire) ainsi qu’une partie du Rouergue (Aveyron).

La danse la plus connue du Massif Central (en général et de l’Auvergne en particulier) est la Bourrée, danse d’origine incertaine qui se pratique sous les formes les plus variées (à 2, 3, 4 ou plus ; en cercle, en croix, à figures, entre hommes ou en couples).

Le Limousin et la Marche connaissent et pratiquent la bourrée, mais avec un style particulier et des formes différentes, ainsi que des danses « animalières » et de « caractère » qui sont parmi les plus anciennes (telles que : la Chèvre Brune, le Renard et le Lièvre, le Pélélé, etc.).

Ajoutons à cela les danses du Velay et du Rouergue, celles héritées du 19e siècle comme la Valse, la Polka, la Mazurka ou la Scottish et enfin le fait que bien souvent chaque village a sa propre bourrée et vous aurez une idée de l’étendue du riche patrimoine des danses traditionnelles du Massif Central.

Musiciens

Musique
Nos musiciens pratiquent les instruments traditionnels du Massif Central.

L’accordéon diatonique :
Beaucoup de musiciens l’utilisent en interprétant des airs qu’ils reproduisent après les avoir entendus, ce qui s’appelle « jouer à l’oreille ». La musique qui en résulte est souvent limitée (ainsi que la tonalité) car sur l’accordéon diatonique la même touche permet d’exécuter de deux notes différentes suivant que l’on tire ou que l’on pousse le soufflet. Méthode dite du « tiré-poussé » (Do en tirant, Ré en poussant, etc.).

L’accordéon chromatique :
A l’inverse du diatonique, chaque touche représente une note différente ce qui facilite l’utilisation et permet d’interpréter des musiques de haut niveau technique. Très puissant, il s’adapte bien avec toutes sortes d’instruments. En Auvergne, il accompagne la Cabrette et en Limousin la Chabrette.

La Cabrette :
Instrument à vent constitué d’un réservoir d’air en peau de chèvre que l’on maintient en pression à l’aide d’un soufflet placé sous le bras droit qui l’actionne. De deux chalumeaux ou « pieds » dont l’un percé de plusieurs trous (6 à 7), à la manière des flûtes douces, permet de jouer la mélodie et l’autre appelé « bourdon » émettant une note continue. Le Cabrettaïre s’accompagne généralement d’une série de grelots fixés à la cheville tout en donnant le « tempo » avec ses sabots.

La Chabrette :
Instrument identique à la cabrette mais sans soufflet à bras. Le musicien maintient le réservoir d’air en pression en soufflant dans une embouchure.

La Vielle à Roue :
Instrument à cordes et à touches ressemblant à un violon couché. Elle est actionnée par une manivelle qui sert à donner le rythme - le « coup de poignet ».

Nos musiciens participent régulièrement des stages de perfectionnement avec l’appui financier de l’association.

Pour en savoir plus sur les instruments, les musiciens et les répétitions de musique, visitez aussi la rubrique consacrée au Soufflet de Cornevielle.

Calendrier

pucePlan du site puceContact puce RSS

2017-2018 © MAISON DES PROVINCES - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.56