Roses en Loiret
Article mis en ligne le 28 mai 2022

par Eric
Noter cet article :
0 vote

La tradition horticole orléanaise remonte au 18e siècle. Des plantes d’Amérique et d’Asie
étaient importées en France. Ces nouveaux produits arrivaient à Nantes, remontaient la
Loire, passaient par Orléans et terminaient à Paris. C’est ainsi que tout au long de la Loire
et tout particulièrement à Orléans s’est développé le berceau de l’horticulture.

Les créations horticoles ont été particulièrement nombreuses à la fin du 19e siècle ainsi
qu’au début du 20e siècle, moments où la pépinière orléanaise était en plein essor.
Les familles Barbier, Corbœuf, Turbat, Vigneron, Hemeray-Aubert sont les principaux
obtenteurs de roses à avoir marqué cette époque.

JPEG - 23.5 ko
JPEG - 25.2 ko

La première création en terre Orléanaise remonte à 1827 avec la rose « Blanc Pur » des pépinières Mauguet. Depuis 22 autres roses nouvelles ont vu le jour sur notre territoire.

JPEG - 34 ko

En 1959, la mairie d’Orléans organise le 1er Concours International de Roses. Une roseraie est spécialement aménagée au Jardin des plantes, au sud de la ville, berceau historique de l’horticulture locale. À l’époque, les rosiers à fleurs groupées type polyantha (rosier compact et remontant pour des effets de masse) et floribunda (rosiers à fleurs groupées en bouquets) sont en vogue. L’activité créatrice de nombreux obtenteurs (Barbier, Levasseur, Turbat...) contribue à l’essor de la pépinière orléanaise qui s’étend du quartier Saint-Marceau jusqu’à la commune d’Olivet.

Il existe 29 concours de roses organisés au monde. Le Concours international de Roses d’Orléans a une place particulière parmi ces concours. C’est l’un des deux seuls, avec celui de la ville de Rœulx en Belgique, à privilégier la remontance des roses. Le concours se tient au mois de septembre.

En plus des roses nouvelles, les roses à la vente depuis moins de 5 ans peuvent aussi participer au concours. Il permet aux pépiniéristes de relancer un intérêt pour une variété de roses. Dès les années 60, la beauté des roses (parfum et floribondité) est récompensée par le prix de la Rose d’Or.

En 2003, deux nouveaux prix le “Parfum” et “l’Environnement” (relatif à l’état sanitaire) apparaissent (décernés par la Société d’Horticulture d’Orléans et du Loiret et l’Union Horticole Orléanaise). Depuis 2008, le Concours International de Roses valorise le goût du public qui est appelé à voter pour sa rose préférée. Il est intéressant de voir que les professionnels et amateurs de la rose n’ont pas toujours les mêmes critères pour définir la beauté d’une rose.

JPEG - 39.6 ko

qrcode:[Roses en Loiret->https://www.maisondesprovinces.fr/spip.php?article751&lang=fr]

qrcode:https://maisondesprovinces.fr/spip.php?article751


Dans la même rubrique