Les trois premiers présidents de l’Union
Article mis en ligne le 21 mai 2020
dernière modification le 22 mai 2020

par Eric
Noter cet article :
1 vote

Louis BOUDET (Halliero)

Né le 28 octobre 1874 à Bon-Encontre (47), il est entré à l’imprimerie nationale comme ouvrier typographe en 1897. Fondateur et secrétaire du groupe commanditaire de ladite imprimerie, puis chef de la commandite égalitaire, il a, durant une quinzaine d’années, joué un rôle important dans cette institution.

Devenu percepteur à Tuchan (Aude), il a été nommé en 1919 entreposeur spécial des tabacs dans l‘administration des contributions indirectes à Orléans. Il occupe ce poste jusqu’en 1934, année de son départ en retraite.

Louis BOUDET a montré, dans le domaine social, une incessante et multiple activité : tant à la Fédération des Travailleurs du Livre, qu’au Syndicat des Contributions Indirectes et à la Fédération des Fonctionnaires Retraités, il a défendu les droits de ses camarades et mandants. Il a fondé une coopérative d’alimentation à Tuchan et était devenu président de celle d’Orléans, qui groupait 2600 familles.

C’est surtout comme président de la Halliero, poste qu’il a occupé à deux reprises (de 1925 à 1927 et de 1929 à 1948), qu’il était connu à Orléans. Il a, à ce titre fondé et dirigé à sa création en 1933 l’Union des Amicales Régionalistes du Loiret, et organisé de nombreux spectacles et fêtes. Il a été nommé Officier d’Académie en 1936.

D’esprit résistant, il avait, à la libération, assumé les fonctions de trésorier du Mouvement Libération-Nord du Loiret. Il est décédé en décembre 1948.

Jacques Etienne Marie DE LOMBARD DE CHÂTEAU-ARNOUX (Ch’timis)


Né le 25 mars 1882 à Lyon 6° arrondissement. Il est étudiant à Cambrai lorsqu’il est recensé pour le service militaire, dont il sera exempté pour « myopie bilatérale supérieure à 10 dioptries avec astigmatisme ». Jacques DE LOMBARD est devenu par la suite médecin-radiologue 91 rue de Coulmiers à Orléans.

Il a appartenu, dès sa fondation en 1927, à l’Amicale des Ch’timis. Il en prendra la présidence en 1929, lorsque Maurice BERGER, son prédécesseur, a été élu député du Loiret. Il conservera la présidence de l’Amicale jusqu’en janvier 1957, ayant alors manifesté l’envie de prendre un peu de repos.

En 1949, il a pris la suite de Louis BOUDET à la présidence de l’UARL, et conservera ce poste jusqu’en 1955, et sera lors nommé président d’honneur.

Praticien très estimé, animateur dévoué et désintéressé, le docteur DE LOMBARD laissera à Orléans, sa ville d’adoption, beaucoup de regrets. Il est décédé le 17 juin 1957.



Charles René DHIVER (Alsace-Lorraine)

Il naît le 20 décembre 1897 à Épinal (88), et s’installe à Orléans (10 Rue Guillaume Prousteau) en 1927 en qualité d’avoué de première instance auprès du tribunal civil. Il a eu pendant la Résistance une conduite courageuse qui a conduit très naturellement à son élection au sein du conseil municipal au lendemain de la guerre.

Réélu en 1947, il devient le 1er adjoint de Pierre CHEVALLIER, et lui succédera en 1951, suite au décès de ce dernier. Il restera maire de la ville de 1951 à 1954.

En 1955, le président d’Alsace-Lorraine prend en mains les destinées de l’UARL. Il gardera la fonction jusqu’en 1970.

Il quittera la mairie et ses fonctions d’élu en 1959 pour y revenir en 1977 aux côtés de René THINAT.

Membre honoraire de l’association mutuelle des offices publics et ministériels, il est décédé le 13 décembre 1983 à Saran.

qrcode:[Le trois premiers présidents de l'Union->https://www.maisondesprovinces.fr/spip.php?article633&lang=fr]

qrcode:https://maisondesprovinces.fr/spip.php?article633