Pourquoi une fève dans la galette ?
Article mis en ligne le 5 janvier 2020

par Eric
Noter cet article :
2 votes

Personnages de fiction, animaux domestiques et autres objets du quotidien : les fèves introduites dans les galettes des rois se suivent, année après année, mais ne se ressemblent pas… Peu importe leur diversité, leur histoire est très riche.

La fève est à la galette ce que la cerise est au gâteau : le petit truc en plus. Quoi de mieux que de découvrir dans sa part de galette une petite figurine de porcelaine ? Un sésame qui permet d’accéder à un statut exceptionnel : celui de reine ou de roi… d’un jour !

Toujours aussi apprécié, ce cérémonial annuel tire ses origines de l’époque romaine. Dès l’Antiquité, le peuple de l’Empire célébrait en effet chaque année les Saturnales. Une semaine de fêtes organisées à l’occasion du solstice d’hiver à l’attention du dieu Saturne.


Outre les échanges de cadeaux, la décoration des maisons ou encore la liberté accordée temporairement aux esclaves, un autre rituel consistait à partager un gâteau entre membres d’un même foyer, serviteurs et esclaves compris.

Chaque famille romaine faisait alors la même chose : le plus jeune des enfants se cachait sous la table et désignait quelle part allait à quelle personne. Toutes les parts se ressemblent, sauf une : elle renfermait… une fève, une vraie : un authentique petit haricot en grain. L’heureux veinard de ce petit trésor devenait le roi ou la reine de la fête : le maître des Saturnales.

Le rituel entourant aujourd’hui la dégustation de la galette s’avère donc presque en tout point identique à celui alors pratiqué. Mais entre temps, de subtiles variations ont ponctué le fil de l’histoire.

Au Moyen-âge, une part était réservée à un potentiel mendiant, susceptible de frapper à la porte à tout instant : la part du pauvre. A cette époque, le statut de roi ou de reine suscitait peu de convoitise. Et pour cause : l’élu avait pour obligation de payer une tournée… Une contrainte appelée « le roi boit » qui poussait certains petits malins à avaler la précieuse fève.

Le risque qu’elle ne pousse dans leur estomac était faible, mais toujours est-il que cette tricherie éhontée se faisait au détriment des autres convives ! C’est pour remédier au problème que les fèves en porcelaine auraient fait leur apparition.

La période révolutionnaire fut une époque délicate pour nos fèves. Après les événements de 1789, difficile en effet de continuer à élire un roi ou une reine. Le problème fut habilement contourné, la fève disparut et le dessert devint alors galette de l’Égalité.

De nos jours, un seul Français n’a pas le droit de déguster une galette contenant une fève : le président de la république. Il n’est ni question ni possible de couronner roi un président de la république.

qrcode:[Pourquoi une fève dans la galette ?->https://www.maisondesprovinces.fr/spip.php?article580&lang=fr]

qrcode:https://maisondesprovinces.fr/spip.php?article580